Le bonus-malus mécontente syndicats et patronat

0
36

La pregunta es una cuestión de largo plazo, la información de la ONU, la pregunta de la seguridad. Faut-il sanctionner les Entreprises qui font a appel récurrent et massif à des contrats très court? Oui, plaident les syndicats qui voient là une précarisation du travail. Non, rétorque le patronat, qui défend la saisonnalité de sures secteurs, comme l’hôtellerie-restauration.

Le gouvernement a fini par donner partiellement raison aux premiers. « Más de acuerdo con las empresas y la sociedad (…) la empresa, la responsabilidad y la responsabilidad se acumulan en los tribunales y los tribunales de los tribunales de los Estados Unidos. », Una estimación de Édouard Philippe en su libro de música política, miércoles, 12 de junio.

«Cinq à dix secteurs» concierne par le bonus-malus

El primer ministro confirmó la misa en el lugar de la bonificación en el cuadro de la reforma del seguro. Mais ce bonus-malus ne concernerait que « cinq à dix »Secteurs, a-t-il dit, évoquant une« medida transversal »Ver los textos después de« décourager le recours aux CDD d’usage », I'une des formes de contract les plus souples.

Les modalités exactes doivent être annoncées mardi 18 juin par la ministre du travail Muriel Pénicaud. Se trata de un foro y una publicación en la parte derecha de la empresa en la cara de una persona a la otra.

Déjà trop ou toujours pas assez

Pour le patronat, c’est une question de principe. « Le bonus-malus revient à taxer le travail, estime Éric Chevée, vicepresidente de asuntos sociales sociales de la CPME (Confederación de las Empresas y de las Empresas de Nueva York). C’est un mauvais señal envoyé aux chefs d’entreprise, à l’encontre totale of la respiration que l’ an a connu jusque-là sur le marché de l’emploi. »

La mesura no es suficiente para los sindicatos. À la CFDT, en dénonce « cette réforme de l’urance of chômage qui demande des esfuerzos considérables à tous les chômeurs, notamment les plus précaires, et n’impose qu’un bonus-malus limité ». FO critique également une « demi-mesure »Alors qu’en parallèle, un durcissement des droits au chômage pénaliserait les précaires.

«Une mesure discriminatoire»

Dans l’hôtellerie-restauration, secteur friand de contrats court, en s’inquiète d’être en ligne de mire. « Nous utilisons des contrats tribunales coche notre activité est par essence intermittente, défend Thierry Grégoire, presidente de la compañía "saisonniers" à l’Union des métiers and des industries de l’hôtellerie (Umih). No hay duda de que ciertos sectores introduzcan una diferencia de carácter, sino que también lo hagan discriminar. Et surtaxer des Entreprises qui vont bien et on besoin de main-d’œuvre, c’est anti-productif! »

Des viviers d’anciens salariés pour des contrats précaires

Pour le groupement patronal des indépendants de l’hôtellerie-restauration, «Extras, quien viennent assurer une prestation d’une journée et non remplacer du staff, (…) se trata de un acto de elección y de cambio». En 2017, l’hôtellerie-restauration comptait 3,7 millones de contrats de moins 30 jours.

Des négociations plombées par les contrats court

Le secteur renvoie surtout syndicats et patronat dos à dos. « Les annonces du premier ministre sont cohérentes con la posición du gouvernement, ce sont les partenaires sociaux qui n'tont su d’ternternative et ont laissé échouer les négociations », Tance Thierry Grégoire.

Les deux parties se sont quittées le 20 février dernier après des mois de négociations, faute de parvenir à the accord sur les contrats. Pourtant, Le Medef se défend d’avoir my desururateurururreururre amérérelos, lafrefreurteurteurteedteeddeddreundedeedédedeeddedededededeéqueiresderededededeééireirespreéeseredefrefrefaresd’unfonds à destination des précaires alimenté par les Employeurs.

Assurance-chômage, les pièges d’une négociation

Insuficiente para los sindicatos, cuestiones de comportamiento en el trabajo y las consecuencias de las causas. « Nous voulions des mesures incitatives pour amener les Employeurs à modifier leur comportement, analice Marylise Léon, número de de CFDT qui sest occupée des négociations pour la centrale. Le patrocinat voulait simplement améliorer les droits des personnes in contrat court. »En 2016 déjà, le bonus-malus avait fait échouer les négociations Unédic.

Le bonus-malus, Promesse de campagne d’Emmanuel Macron

Du côté des partenaires sociaux, c’est le cadre trop contraignant Imposte l’exécut qui a ducuit à l’échec, for l´état à reprendre le dossier. Réunis à la demande du gouvernement, se encuentra entre 3 y 3,9 millones de euros de economía en el futuro y en el seguro de seguridad, « lutter contre la précarité et inciter à la reprise d’emploi durable ».

–––––––––––––

Une promesse de campagne d’Emmanuel Macron

Dans la lettre de cadrage transmise par l’exécutif en septembre 2018, El sistema de bonificación de los tribunales de los tribunales no tiene que pasar de manera explícita. Mais c’était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron: « Les Employeurs Qui Entretiennent La Précarité Paieront Plus De Cargos, Ceux Qui Créent Des Emplois Stables En Paieront Moins ».

Une volonté réaffirmée par le président de la République en janvier dernier lors d’un débat citoyen dans la Drôme. Souhaitant une « Norme »,« branche par branche », Emmanuel Macron avait défendu une mesure« vertueuse ».

.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.