un fléau saisonnier «amplificado por los premios de posición de Jair Bolsonaro»

Selon l'économiste Catherine Aubertin, el presidente brésilien a mis en place «un système d’affaiblissement des instituciones medioambientales» afin de tirer profit de cette région, où les feux de forêts sont en forte hausse.

Publié aujourd’hui à 16h56, mis à jour à 16h59

Temps de Conferencia 9 min.

Un feu près de Humaita, en Amazonie (Brésil), el 14 de agosto de 2019.
Un feu près de Humaita, en Amazonie (Brésil), el 14 de agosto de 2019. UESLEI MARCELINO / REUTERS

«Prions pour l’Amazonie». Depuis plusieurs semaines, des citoyens s’émeuvent sur les réseaux sociaux des feux de forêts qui ravagent la région. Selon l’Institut national de recherche spatiale (INPE), ces derniers ont augmenté of 83% depuis le debut of 2019 par rapport à l’année précédente. La deforestación a la ética amplia del 67%. Une hausse d’autant plus inquiétante qu’il s’agit d’un record depuis 2013.

Verter Catherine Aubertin, économiste de l’environnement et directrice de recherche à l’Institut de recherche pour le développement, ces incendies pourraient à terme «Exacerber durablement les effets du réchauffement climatique».

Peut-on lier l'augmentation des feux de forêt et de la deforestation à l’arrivée au pouvoir du très climatosceptique Jair Bolsonaro?

Chaque année, le nombre d'incendies et de parcelles défrichées augmente en juillet au Brésil. Ce n’est pas un hasard: cela corresponde à la fin de la saison des pluies. En este momento, no se pierda la zona de zonas abandonadas de la casa – en particular para el centro de los parques – y más en la transformación de bosques en espacios cultivables. La deforestación se fait en retirant d’abord le bois d’œuvre, puis en brûlant le reliquat de végétation. Les départs de feux ont aussi augmenté in flèche du fait d’une très important sécheresse cette année.

Más información explicada «saisonnière» se amplifica por las prises de position du nouveau président brésilien. D’emblée, Jair Bolsonaro a déclaré que l´Amazonie était un territoire improductif, composé de terres indigènes et d’unités de conservation, qu’il falait intégrer à l’économie brésilienne. Pour ce faire, il a place in tout a système d’affaiblissement des instituciones environmentalne, qu’il accusait d’être des «Máquinas distribuidoras de servicios».

Il ainsi réduit el presupuesto de près d'un quart de l'Ibama, l'Institut brésilien de l'environnement et des ressources naturelles et a licencié vingt et un des vingt-huit directeurs régionaux de cette organization chargée de sanctionner les crime environmentalnementaux . Idem pour l’Institut Chico Mendes (ICMbio), encargado de vigilancia y protección de la biodiversidad de las unidades de conservación, como los parques naturales. Il a démis en avril la cuasi-totalité de l’état-major de l’organisation. Il aegalement limogé Ricardo Galvao, el presidente de l'INPE, equivalente de la NASA, a partir de 1988 fue un punto de mira de los satélites encargados del satélite de evaluación de la deforestación y las incendios en Amazonía.

Artículo reservado a nos abonnés Lire aussi Au Brésil, la puesta en marcha de la política de destrucción del medio ambiente

La communauté internationale dispose-t-elle de moyens de coercition sur Jair Bolsonaro?

La communauté internationale tente efectment de faire pression sur Brasilia. En juillet, Emmanuel Macron ainsi fait savoir que si l'accord de Paris pour le climat n'était pas respecté au Brésil, il ne ratifierait pas l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Mercosur (le Marché commun du Sud, qui regroupe plusieurs paga de l'Amérique du Sud, dont le Brésil).

Lire aussi Tout comprere à l’accord de libre-échange entre l’UE et le Mercosur

Por ailleurs, les paga donateurs du fonds de preservation de la forêt amazonienne bloquent aujourd’hui tour à tour leurs dons. Des dons substantiels (30 millones de euros para la Norgege, 35 millones de euros para Alemania), qui vont aux ONG environmental, más aussi en gran parte de instituciones medioambientales de l'Etat brésilien.

Jair Bolsonaro, a cede stade, fait comme sices pressions n’avaient pas d’effet sur lui. Il a d’ailleurs réagi à ces blocages en afirmative qu’il n’avait «Pas besoin» des subventions et que la communauté internationale n’avait pas son mot à dire. «L´Amazonie est à nous, pas à vous», avait-il d’ailleurs dit, reprenant la rhétorique des militaires afirmative que les pays développés veulent internationaliser l’Amazonie. Il a d'ailleurs acusa a las ONG medioambientales d’être à la solde des puissances étrangères et de mettre le feu elles-mêmes pour attirer l’attention des financeurs étrangers, puisqu’il leur a coupé les vivres.

Artículo reservado a nos abonnés Lire aussi Carlos Rittl: «L’Europe se fait-elle la complice de Bolsonaro dans la dévastation de l’Amazonie? »»

Un notorio cependant: si la atención de la comunidad internacional se encuentra en el sur de la Amazonía, el territorio con un cargo fuerte simbólico en el colectivo de animales, el nuevo retrato pasa a nuestros autores territorios extranjeros, los contactos táctiles por la deforestación. Car si aujourd’hui, en s'Alarme à raison que l’Amazonie soit défrichée à 20%, il faut également se pencher sur le cas du Cerrado, une savane située au centre du Brésil, dont la moitié a déjà été défrichée. En voulant protéger l'Amazonie, notamment en refusant d'importer des produits (viandes, soja, céréales …) de cette région, de hecho participé à Déplacer la production vers d'autres espaces comme le Cerrado, no le sort émeut moins à l'étranger.

Artículo reservado a nos abonnés Lire aussi Registro de deforestación en Brésil, le jeu dangereux de Jair Bolsonaro

Les choix faits aujourd’hui par Jair Bolsonaro en faveur de la deforestation et des déricricments par brûlis risquent-ils d’aggraver durablement sur le réchauffement climatique?

Oui En una larga reflexión sobre el punto de vista, ce qu´on appelle le processus de «savanisation», serait atteint lorsque 40% de l’Amazonie serait défrichée. O bien, aujourd’hui en s'aperçoit que ce point a déjà été atteint, à 20%.

En efecto, cette déforestation et ces feux s'inscrivent dans a dérèglement global du système climatique: les défrichements et la defforestation par brûlis entraînent une hausse des émissions de gaz à effet de serre, les arbres ne sont plus là pour capter l'eau des sols et la faire évaporer pour entraîner des pluies. En observar déjà ce type de problèmes sur les saisons des pluies, más tardives et plus courtes, du bassin de La Plata en Argentine et dans le sud du Brésil.

En craint que cette modificación du régime des pluies, liée à la déforestation et aux feux, exacerbe durablement les effets du réchauffement climatique, qui en retour affecterait la végétation. Les boucles de rétroaction Végétation et climat sont encore mal connues et c’ cette incertitude qui rend encore plus inquiétante ces feux.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.